3 stratégies pour ne pas faire partie du « MOUpeuple »


La semaine passée j’ai eu la chance de visionner le film Doute. À l’intérieur du film, un prêtre est injustement soupçonné d’avoir mal agi auprès d’un enfant. Sans ne jamais vraiment savoir ce qui s’est réellement passé, le film joue sur la puissance dévastatrice du commérage et des fausses accusations.

J’ai particulièrement aimé l’histoire suivante que le prêtre raconte un jour dans l’un de ses sermons du dimanche.

Un jour un homme va se confesser à un prêtre parce qu’il a fait du commérage envers une autre personne alors qu’il n’avait aucun fondement réel pour agir ainsi. L’homme demanda au prêtre combien de chapelets et de prières il devait faire pour se repentir. Le prêtre répondit: «rien du tout, mon ami. Par contre, j’aimerais que tu retournes chez toi, que tu trouves un oreiller avec des plumes à l’intérieur, un couteau, ensuite, dirige-toi au sommet de la bâtisse la plus haute du village. Une fois arrivé au sommet, saisis l’oreiller à bout de bras et transperce-le de ton couteau à plusieurs reprises. Une fois l’exercice terminé, reviens me voir, mon fils.» Quelques jours après, l’homme retourna voir le prêtre. Le prêtre lui demanda s’il avait bien exécuté la tâche qu’il lui avait demandé. L’homme répondit oui. «Que s’est-il passé lorsque tu as transpercé l’oreiller avec ton couteau, mon fils»? «Des milliers de plumes se sont envolées dans le ciel, mon père.» Le prêtre regarda l’homme et lui dit: «maintenant, retourne dans le village ramasser toutes les plumes qui se sont envolées du haut du toit.» L’homme regarda le prêtre et lui dit: «mais c’est impossible, mon Père!» «Voilà mon fils, voilà l’impact dévastateur du commérage et des fausses accusations, il est impossible de ramasser nos paroles une fois qu’elles sont faussement lancées en l’air.» Intéressant comme histoire n’est-ce pas?

Dans le fond, qui ne s’est jamais adonné à un petit commérage? Nous avons probablement tous déjà été coupables de ce péché. Que ce soit à la maison, en communauté ou en entreprise, ce sport est pratiqué depuis la nuit des temps. Quand il est question de succès ou de bonheur, le commérage ne fait pas exception à la règle. Que ce soit la jalousie, l’ego, la vengeance ou la haine, le commérage ne tient jamais ses fondements d’émotions saines.

Voici donc 3 Tulipes de réflexion pour semer en vous le goût de réfléchir à deux fois avant d’avoir à monter sur la plus haute bâtisse de votre village avec un oreiller de plume.

1. Ne faites pas partie du «Moupeuple». Quand un mouton se met à bêler, il n’est pas rare de voir les autres moutons autour se mettre à bêler. Tous en cœur, ils se mettent à bêler par ce que c’est la chose à faire. Le commérage prend souvent la forme du peuple qui agit comme des moutons, ce qui le place dans la classe peu sélecte du «Moupeuple» quand le peuple agit en mouton! Quand vous entendez quelque chose sur quelqu’un, assurez-vous toujours que votre information ne vient pas d’un mouton, car si jamais l’envie vous venait de bêler ce que vous avez entendu, vous savez maintenant à quoi vous ressemblerez: bêêêêêh. bêêêêh, bêêêh! Faites le choix de communiquer en tout temps en allant voir la personne en question, directement, plutôt que de bêler.

2. Ne tentez jamais de rabaisser un brio pour nourrir votre ego. Mon grand-père disait souvent: «les gens qui rabaissent les autres ne le font que pour tenter de remonter leur pauvre estime d’eux-mêmes.» En fait, le commérage vient souvent permettre aux gens qui ne veulent pas prendre leur vie en main de rabaisser les efforts d’autres personnes qui tentent de vivre le meilleur d’eux-mêmes. Prenez l’habitude d’éprouver de la joie et du bonheur pour les gens qui connaissent du succès. En retour, cette habitude viendra dissiper l’épais brouillard de votre ego pour vous permettre de voir votre prochain brio.

3. Vous n’irez nulle part avec une attitude K-Mart. Dans sa chanson Boomerang, l’auteur-compositeur et interprète Kevin Parent dit: «Vous êtes ben comiques, vous êtes ben smart, vous êtes le genre de chum qu’on achète au K-Mart.» Le commérage est souvent un moyen rapide de s’acheter des amis à rabais et de peu de qualité, des amis K-Mart. Entre amis à rabais, il peut parfois être amusant de lancer des plumes d’oreiller que nous ne pourrons jamais ramasser. Cependant, comme le reste de la chanson de Kevin Parent l’explique, ces mots et ces blessures vous reviendront un jour ou l’autre comme un boomerang! Quand vous vous retrouvez dans une pièce où ça sent l’attitude K-Mart, faites le choix de quitter la pièce. De cette façon, vous êtes certain de ne pas recevoir, un bon jour, un boomerang derrière la tête.

Enfin, j’espère que ces 3 Tulipes de réflexion viendront semer en vous une réflexion qui nous permettra peut-être de ramasser quelques plumes que nous avons tous, un jour ou l’autre, éparpillées dans nos familles, nos communautés ou nos organisations. Et si jamais il vous arrive d’en ramasser une, dites-vous au moins que ça vous fera une belle plume à votre chapeau. Et ça, mes amis, c’est une bonne plume!

Publicités

3 Réponses to “3 stratégies pour ne pas faire partie du « MOUpeuple »”

  1. Nicole LeBreton Says:

    Merci Martin

  2. nancy bujold Says:

    This is all so true, I love the way you put things in perspective..I hope that some day you can translate it in English so I can share with my English friends..Nancy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :