Accepterez-vous de vous transformer?



Un jour un de mes mentors, Dan, me dit sagement: Ma plus grande inquiétude est que tu acceptes de changer, mais que tu n’acceptes pas de te transformer! À la première écoute de ses mots, je dois vous avouer que je n’avais pas saisi l’ampleur de son propos.

Après avoir questionné Dan, il m’expliqua que les sociétés, les compagnies ou les individus qui s’enfoncent dans l’enfer du changement ne pourront jamais vivre leur plein potentiel. Ils réussissent à se créer un monde de mensonges dans lequel ils arrivent à se convaincre qu’un changement est adéquat et nécessaire pour tout le monde… et le changement devient ensuite le mot d’ordre dans toutes les discussions.

La position de Dan à cet effet est que les individus, les organisations ou les associations qui prônent le changement ne seront rien de moins que des entités réactives. Les leaders qui parlent de changement sont la plupart du temps réactifs, ils ne veulent que changer quelque chose qui ne fonctionne pas.

Ce sont des individus qui se spécialisent à dire ce que la masse veut bien entendre, à verbaliser des promesses, des idées ou des concepts somnifères de sorte à endormir encore plus les gens qui prétendent déjà dormir.

De l’autre côté, les personnes, les organisations ou les associations qui osent se transformer sont celles qui réussiront à se démarquer par leur vision, leur innovation, leur choix, populaire ou non, pour un monde meilleur.

Les leaders qui parlent de transformation sont proactifs, visionnaires, innovateurs et savent très bien que l’avenir appartient à ces gens qui sauront prendre de nouveaux risques pour créer de nouveaux résultats.

Ce sont ces leaders qui osent prendre des risques et dire tout haut ce que personne ne veut dire tout bas. Ce sont ces individus qui comprennent que le changement n’est plus une option dans la société d’aujourd’hui et que nous devons maintenant passer en mode transformation, innovation, responsabilisation et action afin de générer et réaliser de nouveaux résultats.

Voici 3 Tulipes de réflexion pour semer en vous la compréhension et l’idée d’entamer une transformation pour propulser votre réalité vers de nouveaux sommets.

1. On passe une partie de notre existence à vouloir changer les autres, mais on ne se transforme que soi-même… Personne ne peut le faire pour nous! Voici le point le plus difficile à avaler de ma discussion avec ce grand penseur qu’est Dan Burrus. «Même si les gens ont tendance à résister au changement, tout le monde à une opinion sur ce qui devrait être changé afin d’améliorer la situation. N’est-ce pas intéressant? Tout le monde résiste au changement, mais tout le monde a sa petite idée de ce qui devrait changer! Le seul hic est justement que, trop souvent, ces changements impliqueront tout le monde sauf la personne qui les présente. Si le gouvernement changeait, si mes collègues de bureau changeaient, si mon conjoint changeait, etc. Ces gens ou ces organisations feront du surplace toute leur vie. La transformation est tellement plus puissante, quoique plus difficile, car elle nous pousse à nous regarder nous-mêmes.»

2. Que ça vous plaise ou non, transformation rime avec responsabilisation. Ce point s’explique par lui-même. Comprenez bien un concept psychologique de base: c’est beaucoup plus facile de ne pas se responsabiliser, car de cette façon, quand ça ne fonctionne pas, c’est encore plus facile de blâmer les autres. Mais de l’autre côté, lorsque nous empruntons l’avenue de la responsabilisation, il est difficile de blâmer le voisin, notre organisation ou notre gouvernement pour nos pauvres résultats.

3. Vous n’avez absolument rien à perdre. Et si votre transformation, ces nouveaux choix de vie que vous songez à prendre depuis un bout de temps, vous apportait des résultats exceptionnels? Et si ce courage de vouloir transformer certains aspects de votre vie vous apportait un bonheur renouvelé. Tous les gagnants que j’ai eu le privilège de rencontrer et d’étudier ont certainement un trait en commun quand vient le temps de transformer ou d’améliorer certains aspects de leur vie: ils tentent leur chance! Ils ont compris depuis longtemps que le chemin vers de meilleurs résultats passe ultimement par eux et qu’ils n’ont rien à perdre à tenter leur chance de transformer pour le mieux qui ils sont. C’est à mon avis la plus belle quête que nous pouvons entreprendre, mais encore faut-il en faire le choix.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Avez-vous une histoire de transformation à partager avec la communauté ? Assurez-vous de cliquer sur commentaires dessous. Il me fera plaisir de vous lire et de vous répondre!

Bonne réflexion et, sur ce, je vous souhaite une merveilleuse semaine remplie de transformation.


Martin Latulippe CSP, est un expert conférencier professionnel de renommée internationale et auteur de cinq livres dans le domaine du potentiel humain. Pour de la motivation plus quotidienne, suivez Martin sur ses réseaux FACEBOOK et TWITTER. Pour vérifier les disponibilités de Martin pour des conférences, communiquez avec nous au 877.387.5969 ou visitez le www.martinlatulippe.ca.

Publicités

3 Réponses to “Accepterez-vous de vous transformer?”

  1. Danielle Says:

    Bonjour Martin,
    je vous ai lu dans l’Acadie Nouvelle et je continue de vous lire dans l’Étoile et ce que vous dites ne fait que confirmer que ce que je fais depuis le décès de notre fille de 10 ans en 2001 est la bonne voie à suivre. Je suis une résiliente de la vie : perte de ma mère en décembre 2000 et ce 3 mois avant ma fille décédée (cancer) en mars 2001. Aidante naturelle pour mon père pendant 4 ans lui aussi décédé en 2011.

    Inutile de vous décrire le gouffre dans lequel je suis tombée, combien de thérapies j’ai suivi et combien de petites pilules du bonheur j’ai pris. Jusqu’au jour où je me suis dit que si ma fille me voyait de là-haut, elle serait très mécontente de me voir m’apitoyer sur mon sort car elle était une combattante toujours de bonne humeur et elle aimait la vie. J’ai donc décidé de relever mes manches et de reprendre ma vie en main. J’ai pris un cours de coiffure en 2003 et mon salon porte fièrement le nom de ma fille jumelé au mien. Je trouvais approprié de lui dédié mon salon car je sais que de là-haut elle m’a donné la force nécessaire pour avancer et réaliser un rêve. J’ai aussi décidé de m’éloigner du négatif (personnes, situations etc…). Je sais que je n’ai aucun contrôle sur les catastrophes, les maladies etc… mais je peux décidé de pas aller à un endroit où les gens sont négatifs, voir certains films violents etc.
    Vous me comprenez j’en suis certaine. J’essaie de prendre la vie du bon côté la plupart du temps même si certains jours je filerais plus pour baisser les bras et rester dans mon coin. Je travaille sur moi-même depuis plusieurs années et je sais qu’il y a toujours place à l’amélioration mais je suis satisfaite de ce que je suis devenue car étrangement, la mort de la fille m’a fait prendre conscience de la vie.

    Oui, la vie vaut la peine d’être vécue. Oui, il faut arrêter de dire  » je suis pas capable » et au moins essayer. Qui ne tente rien, n’a rien!
    Voilà, je pourrais vous parler pendant des heures mais je voulais surtout vous remercier d’être ce que vous être afin de pouvoir aider les gens. J’ai un très grand respect pour vous et votre travail et je ne vous cache pas que j’aimerais bien donner des petites conférences mais j’ai peur de me faire juger car je demeure dans un petit patelin ou tout le monde se connaît et ou le jugement des autres est impitoyable. Peut-être un jour aurais-je le courage de mes ambitions…qui sait?
    ça m’a fait du bien de vous écrire et j’espère que vous aurez le plaisir le me lire.

    Danielle

  2. Marc-André Roy Says:

    Bonjour Martin,

    Tout à commencé quand je t’ai entendu pour la première fois à Halifax lors d’une réunion de travail. Cette rencontre a suscité énormément de questionnement sur moi-même. En octobre dernier, ma conjointe et moi avons eu la chance d’une vie. C’est-à-dire, rencontrer un spécialiste psychologue pour couple étant à terminer sa maitrise à L’université de Montréal. Ce jeune homme est en passant d’origine acadienne.

    Jamais je n’aurais cru en découvrir autant sur moi-même mes faiblesses et mes forces sans oublier, celles de ma conjointe bien entendu. Le pire dans tout cette histoire c’est que je suis allé par curiosité car, les services offert par ce futur diplômé sont gratuits! Au début, je chialais parce que nous devions nous rendre à l’hôpital général de Montréal dans le trafic chaque mercredi soir. Après 2 séances, je compris très rapidement les bienfaits de ses séances et surtout du travail que j’aurais et aura à faire sur moi-même.

    La plus belle partie de ce fait vécu est sans aucun doute la récompense de se faire dire par sa conjointe, ses amis(es) et la famille: »Mais qu’est-ce qui se passe avec toi? ». Je leur réponds maintenant: » Mais quoi, j’ai simplement choisi de travailler sur moi-même afin d’être mieux avec mon je et bien entendu les gens qui m’entourent. »

    Depuis, je et nous vivons des moments difficiles. Perte d’emploi et situation financière précaire… Mais! Rien ne m’arrêtera et je vais devenir avant tout celui qui désire plus que tout au monde être heureux. Je me concentre à apprécier le moment présent et le fait qu’un simple don de la vie, puisse me permettre de passer à travers ses obstacles de vie, qui me paraissaient avant insurmontable. Ce don est bien simple, c’est la santé et la possibilité d’être libre dans un monde ou tout ce qui est plaisant est permis. À toi et à la vie, je dis merci de m’avoir éclairé!

    D’un grand admirateur, Marc-André

  3. Anne Bérubé Says:

    Bonjour Martin,
    Je viens du Nors Ouest du NB et je te lis chaque semaine dans l’Étoile.
    Ma fille qui va à la Cité des Jeunes d’Edmunston m’as dit qu’elle avait vu une conférence une fois à l’école et qu’elle te trouvait formidable. Depuis ce temps, nous lisons tout ce qu’on peut sur toi. Je lis du Jack Canfield, Dr Joseph Murphy (mon premier auteur 1983) Wayne Dyer, toi et d’autres. J’aimerais avoir ton aide pour mon mariage (mon mari lorsqu’il est fâché boude et je lui demande si c’est quelque chose que je lui ai fait mais il ne répond pas je serais prête a m’excuser si c’est moi. Je ne suis pas parfaite mais lorsqu’il y a quelque chose qui se brise à la maison comme l’eau qui est venu dans la cave, le puisard qui est bouché et l’argent surtout l’argent il boude. Il travail mais il est tané moi de mon coté je recommence a travailler après une blessure à l’épaule. Ma fille qui est merveilleuse va graduée au mois de juin et elle va à Dieppe cet automne. Je suis fière d’elle et elle lit aussi des livres comme le Secret du pouvoir des Ados et le Secret. Elle aime ausse tes chroniques dans l’Étoile. Merci de me réponde

    Anne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :